inséparable


inséparable

inséparable [ ɛ̃separabl ] adj.
XIVe; lat. inseparabilis
Que l'on ne peut séparer, considérer isolément. indissociable, lié, uni. Attribut inséparable d'un être. inhérent. « La foi est inséparable de la contrition » (Bossuet).
(Personnes) Qui sont toujours ensemble. Deux amis inséparables; ils sont inséparables. compagnon, compère. Couple inséparable. Qui est toujours avec (qqn). Don Quichotte et son inséparable Sancho. éternel, inévitable. Subst. « Il devint l'inséparable de Paul, l'ami de tous les instants » (Maupassant). Adv. INSÉPARABLEMENT .
⊗ CONTR. Décomposable, séparable.

inséparable adjectif (latin inseparabilis) Qui ne peut être séparé : L'effet est inséparable de la cause.inséparable (synonymes) adjectif (latin inseparabilis) Qui ne peut être séparé
Synonymes :
- inhérent
Contraires :
- sécable
inséparable adjectif et nom Se dit des personnes qui sont toujours ou presque toujours ensemble : Les deux frères étaient inséparables.

inséparable
adj. (et n.) Qu'on ne peut séparer.
|| (Personnes) Qui ne se quittent jamais. Amis inséparables.
Subst. Deux inséparables.

⇒INSÉPARABLE, adj.
A. — [En parlant de choses considérées comme formant un ensemble, appartenant à un ensemble ou liées par un rapport de cause à effet] Qu'on ne peut séparer (de); qu'on ne peut faire cesser d'être ensemble.
1. [Dans les constr. où l'ensemble n'est pas exprimé]
a) En fonction d'épithète ou d'attribut et suivi d'un compl. de l'adj. [En parlant d'une (ou de plusieurs) chose(s) par rapport à une (ou plusieurs) autre(s) chose(s)] Qui ne se produit pas, que l'on ne rencontre pas isolément de (quelque chose). La chaleur est inséparable du feu (Ac. 1835, 1878) :
1. Le peintre (...) parvient à voir les couleurs telles que les déterminent la quantité et la qualité de lumière reflétée, à condition de les isoler de l'entourage (...). Ce changement d'aspect est inséparable d'un changement de structure dans la couleur...
MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 354.
LING. [En parlant d'un élément] Que l'on ne rencontre pas isolément du signe qu'il modifie. Nous les avons regardées [les syllabes désinentielles] (...) comme des prépositions, à la seule différence près, qu'étant inséparables des signes qu'elles modifient, elles ne deviennent pas un élément du discours, distinct des autres (DESTUTT DE TR., Idéol. 2, 1803, p. 162). P. ell. du compl. prép. de. Particule, préfixe inséparable.
Au fig. Qui ne se conçoit pas isolément de (quelque chose). Le fond est inséparable de la forme. Le remords est inséparable du crime (Ac. 1835, 1878). Certains devoirs sont inséparables de certaines fonctions (Ac. 1935). La signification musicale de la sonate est inséparable des sons qui la portent (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945p. 213). Les questions monétaires sont inséparables de l'activité économique (LESOURD, GÉRARD, Hist. écon., 1966, p. 477).
b) En fonction d'épithète ou d'attribut, sans compl. de l'adj.; toujours au plur. [En parlant de deux (ou de plusieurs) choses entre elles] Formant un ensemble que l'on ne peut dissocier. Ces deux corps sont inséparables (Ac. 1835, 1878). 3 molécules monobasiques, intimement unies et inséparables (BERTHELOT, Synth. chim., 1876, p. 104).
Au fig. Formant un ensemble que l'on ne peut concevoir de façon isolée. Le corps et la conscience sont inséparables. Le corps et l'âme ne sont pas deux substances, mais les deux éléments inséparables d'une seule et même substance (GILSON, Espr. philos. médiév., 1931, p. 181). Même quand la justice n'est pas réalisée, la liberté préserve le pouvoir de protestation (...). La révolution du XXe siècle a séparé arbitrairement (...) deux notions inséparables (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 359).
2. [Dans des constr. où l'ensemble est exprimé]
a) En fonction d'attribut et suivi d'un compl. de l'adj. désignant l'ensemble [En parlant d'un ou de plusieurs des éléments constitutifs d'un ensemble] Que l'on ne peut détacher, isoler d'un ensemble plus large. Le chapeau melon semblait presque inséparable d'une mise soignée (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 31) :
2. Chimisme minéral et chimisme organique. Quelle que soit la disproportion quantitative des masses que respectivement elles affectent, ces deux fonctions sont et ne peuvent être que les deux faces inséparables d'une même opération tellurique totale.
TEILHARD DE CH., Phénom. hum., 1955, p. 69.
Au fig. [Partic. en parlant d'un être ou d'une chose] Les créatures (...) nous éloignent de Dieu et nous jettent dans l'élément de la peine, du trouble, et de la misère, qui sont des qualités aussi inséparables de la créature, que la joie, la paix et la félicité sont inséparables de Dieu (DU BOS, Journal, 1928, p. 27).
b) En fonction d'épithète ou d'attribut, sans compl. de l'adj. [En parlant de l'ensemble lui-même; le subst. déterminé est un collectif] Dont on ne peut isoler les éléments constitutifs; que l'on ne peut fractionner, diviser en ses éléments; qui constitue un tout un et indivisible. Faisceau inséparable. C'est une solide et épaisse porte de chêne constituée de telle sorte qu'elle forme un bloc inséparable (G. LEROUX, Mystère ch. jaune, 1907, p. 56) :
3. ... deux perspectives (...) sont ouvertes sur les choses, deux perspectives toutes différentes, deux perspectives qui (...) se compénètrent au point de ne paraître en faire qu'une et de concourir par leur dualité même à l'unité et à la suffisance universelle de la science. Et l'association devient tellement inséparable qu'on n'en remarque pas l'étrangeté...
BLONDEL, Action, 1893, p. 50.
P. métaph. Doucement, cette tapissière se cale au tas des voitures et contribue à former un nougat inséparable de véhicules (FRANCE, Crainquebille, 1905, 1er tabl., sc. 3, in Œuvres compl., t. 14, p. 253).
Au fig. [Partic. en parlant du tout que constitue un être ou une chose] Avenir, liaison, union inséparable :
4. ... l'être unique qui réunit toutes les causes partielles, n'est qu'une fiction théologique, et qu'une de ces abstractions qui séparent pour un moment par la pensée, ce qui en soi est indivisible et inséparable par essence, et qui isolent, pour les personnifier, les attributs constitutifs d'un être nécessairement un.
DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 381.
PHILOS. Association inséparable. ,,Il se forme dans l'esprit humain une association inséparable entre certaines idées`` (Ac. 1935).
B. — [En parlant de pers.]
1. En fonction d'épithète ou d'attribut et suivi d'un compl. de l'adj. [En parlant d'une pers. par rapport à une autre ou à un groupe de pers.] Qui ne peut se séparer de quelqu'un, s'éloigner de quelqu'un, cesser d'être avec quelqu'un. C'est le camarade inséparable du petit La Rochefoucauld (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 801).
[En parlant de qqn par rapport à qqn; avec omission du compl. de l'adj.] Nous retournâmes (...) à bord accompagnés de nos inséparables religieux (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 387). Sa compagne inséparable bataillait (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 228).
P. anal. et p. plaisant.
[En parlant de qqn par rapport à qqc.] Chaque femme est inséparable de son album comme de son ridicule (...) : ces deux objets, loin de s'exclure, se sont liés jusqu'à se confondre. Un album et un ridicule ne font plus qu'un (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 149). Elle en avait souri déjà bien des fois [de l'ameublement], mais avec une malice indulgente, comme on sourit de vieilles personnes, inséparables des souvenirs de l'enfance (BERNANOS, Joie, 1929, p. 563).
[En parlant de qqc. par rapport à qqn] Une fois en selle, son inséparable longue-vue en bandoulière (...), il se confia à la sagacité de sa bête (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 92).
Vieilli. Inséparable d'avec qqn. Il y a un jour de découverte bien dure, lorsqu'après s'être cru nécessaire à quelqu'un et avoir cru quelqu'un inséparable d'avec nous, le cœur se détrompe (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 108).
Emploi subst., notamment dans la constr. devenir/se faire l'inséparable de qqn. Marthe (...) avait fini par devenir l'inséparable de Rose Froment, de même âge, jolie comme elle (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 460).
[Avec personnification d'un animal] Il [le chien] devint l'inséparable de Paul, l'ami de tous les instants (MAUPASS., Une Vie, 1833, p. 203).
[Dans une constr. usant de l'adj. poss.] Ce soir-là (...), sur la route de Réquillart, Jeanlin, accompagné de ses inséparables, Bébert et Lydie, faisait le guet (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1362).
2. En fonction d'épithète ou d'attribut, sans compl. de l'adj. [En parlant de deux ou de plusieurs pers. entre elles] Qui ne peuvent se séparer l'une de l'autre ou les unes des autres, cesser d'être ensemble, se quitter. Deux amis inséparables; ils sont (devenus) inséparables. Bientôt, nous deux, nous fûmes inséparables (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 199).
Emploi subst. Au collège (...), dès leur huitième, il y avait eu les trois inséparables, comme on les nommait (...). Venus de trois mondes différents, opposés de natures (...), ils s'étaient liés d'un coup et à jamais, entraînés par des affinités secrètes (ZOLA, Œuvres, 1886, p. 34). On écrivait sur les murs les noms de ceux qui devenaient des inséparables; les amitiés trop exclusives étaient tournées en ridicule (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p. 146).
[Le subst. déterminé est un coll.] Dont on ne peut séparer les membres les uns des autres; qui constitue un ensemble un et indivisible. Bande, couple, trio inséparable. Bientôt tu verras de nouveau assemblé le cercle inséparable des héros. Celui-là seul est digne de la faveur des femmes (NERVAL, Sec. Faust, 1840, p. 253).
P. anal., emploi subst. masc. ou fém. plur. Petites perruches élevées par couples. Mme Cimme considéra les deux oiseaux verts, dits inséparables. Elle loua en quelques phrases cette fidélité singulière et blâma les hommes de ne pas imiter ces bêtes (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Reine H., 1883, p. 834). Petticoat Lane est intéressant en tant que foire aux animaux vivants; (...) depuis les volatiles comestibles jusqu'aux cygnes, (...) c'est le troc des primitifs : deux perruches turquoises dites « inséparables » contre une radio (MORAND, Londres, 1933, p. 270).
REM. 1. Inséparé, -ée, adj. a) [Correspond à A 1 supra] Inséparé de + subst. Non séparé, non isolé (l'un de l'autre ou les uns des autres). La Musique règne, inséparée désormais des Lettres (...) et, presque autant que du vers libre il fut parlé d'Elle, lors du récent banquet offert à Gustave Kahn (WILLY, Notes sans portées, 1896, p. 174). b) [Correspond à B 2 supra] Non séparés; qui ne cessent de coexister, d'être ensemble. Le journal est notre confession de chaque soir : la confession de deux vies inséparées dans le plaisir, le labeur, la peine; de deux pensées jumelles (GONCOURT, Journal, 1872, p. 27). Emploi subst. Personnes formant un groupe un et indivisible. Son naturel et sa drôlerie enlevaient les cœurs. Parmi beaucoup d'autres, les cœurs des trois inséparés (MORAND, Fin de s., 1957, p. 22). 2. Inséparément, adv., hapax. Anton. séparément. Car c'étaient bien tous les deux ensemble [Dreyfus et l'affaire Dreyfus] inséparablement, inséparément, indivisément, indivisiblement, l'un portant l'autre, l'une dans l'autre (PÉGUY, Notre jeun., 1910, p. 194).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1444 [ms. début XVIe s.] « indissoluble » (Trad. du Gouv. des princ. de G. Colonne, Ars. 5062, f° 90 v° ds GDF. Compl. : les mariages doivent estre inseparables). B. 1. a) 1545 « que l'on ne peut séparer (en parlant de choses) » (BONIVARD, Vocab. lat. fr., 99 ds FEW t. 4, p. 710b); b) 1607 ling. (MAUPAS, Gramm. fr., 371, ibid.); 2. a) 1656 « que l'on ne peut séparer (en parlant de personnes) » (PASCAL, Lettres aux Roannez, VI, éd. L. Lafuma, p. 268); b) 1867 zool. subst. plur. « perruches que l'on élève par couples » (LITTRÉ). Empr. au lat. inseparabilis « inséparable, indivisible » (cf. séparable). Fréq. abs. littér. : 687. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 171, b) 873; XXe s. : a) 621, b) 1 080.
DÉR. Inséparablement, adv. [Correspond à A 1 et 2 supra] D'une manière inséparable, tellement étroite que l'on ne rencontre pas l'un/les uns isolément de l'autre/des autres. Nos intentions profondes sont des projets et des fuites inséparablement liés (SARTRE, Mots, 1964, p. 160). L'effort collectif humain étant à la fois spirituel et matériel, ces deux aspects sont inséparablement liés dans la vie des sociétés (Traité sociol., 1967, p. 33). []. Att. ds Ac. dep. 1694. 1res attest. ca 1398 [ms. XVe s.] (Somme Me Gautier, BN 1288, f° 87d ds GDF. Compl.), ca 1450 (Mistere du Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 12); de inséparable, suff. -ment2. Fréq. abs. littér. : 26.

inséparable [ɛ̃sepaʀabl] adj. et n.
ÉTYM. 1545; « indissoluble (d'un mariage) », 1444; lat. inseparabilis, de in- (→ 1. In-), et separabilis. → Séparable.
1 Que l'on ne peut séparer (concret ou abstrait), qui ne se conçoit pas isolément. Joint, uni.(Avec un n. au plur.). || Idées, opérations, phénomènes inséparables. Consubstantiel (par ext.); → Abstraction, cit. 2; éthique, cit. 3.(Avec un n. au sing. ou au plur.). || Inséparable de… || Effet inséparable de la cause. || « La foi est inséparable de la contrition » (Bossuet). || Les afflictions (cit. 5), les vices… inséparables de la faiblesse humaine (→ Aspect, cit. 25; caducité, cit. 3). || Élément inséparable d'un ensemble, d'un tout.(Sans compl. en de). || Un attribut, un élément inséparable. Inhérent.
1 (…) idées (…) jointes ensemble et inséparables (…)
Descartes, Méditations métaphysiques, III.
2 Tout sentiment de peine est inséparable du désir de s'en délivrer; toute idée de plaisir est inséparable du désir d'en jouir; tout désir suppose privation, et toutes les privations qu'on sent sont pénibles (…)
Rousseau, Émile, II.
3 La pauvreté lui semblait inséparable d'une existence héroïque.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, I, p. 19.
Spécialt, ling. Qui ne se rencontre pas seul. Lié.
(1656, Pascal). Personnes. || Deux amis inséparables; ils sont inséparables. Compagnon, compère; → Comme l'ombre et le corps, (fam.) comme cul et chemise. || Devenir inséparables (→ Baragouiner, cit. 1; confiance, cit. 4). || Il est avec son inséparable copain. || Don Quichotte et son inséparable Sancho. Éternel, inévitable. || Des compagnons, des compagnes inséparables.Vieilli. || Être inséparable d'avec qqn.
4 La sottise et la vanité sont compagnes inséparables !
Beaumarchais, la Mère coupable, II, 7.
5 (…) ils étaient si connus pour être inséparables qu'on les invitait à la campagne ensemble.
Balzac, Albert Savarus, Pl., t. I, p. 832.
Armes, esprits inséparables. || Deux destins inséparables.
6 Taisez-vous ! vous allez me dire que Dieu a entendu vos serments, que vous ne pouvez vivre sans lui, que vos destinées sont inséparables, que la mort seule peut briser votre union ?
A. de Vigny, Cinq-Mars, XXIII.
(Choses). Qui est toujours avec (une personne), dont qqn ne se sépare pas. || X et son inséparable parapluie.
7 (…) l'habitude où sont les gens au pays de Bresse de porter toujours devant eux un tablier de cuir, dont ils sont aussi inséparables que l'Espagnol de sa cape et l'Écossais de son plaid (…)
Th. Gautier, Souvenirs de théâtre…, p. 11.
N. (Surtout au plur.). || Deux inséparables. Vx. || Devenir, se faire l'inséparable de qqn (Zola, in T. L. F.).N. m. ou f. pl. (Av. 1867, Littré). || Inséparables, se dit de perruches qui ne peuvent être élevées que par couples.
2 Rare. Dont les éléments ne peuvent être séparés. || Bloc, ensemble inséparable. Fig. || « Un nougat inséparable de véhicules » (A. France).Association, liaison, union inséparable. (Personnes). || Un couple inséparable.
CONTR. Décomposable, séparable.
DÉR. Inséparabilité, inséparablement.

Encyclopédie Universelle. 2012.